Présentation du programme :

La Corse comme le Maroc sont confrontées au stress hydrique et à la gestion de la raréfaction de la ressource en eau du fait du dérèglement climatique.

En effet, en 40 ans, la Corse a vu le débit de ses rivières diminuer de 20 à 30 % et les températures augmenter fortement : de 1,5° C en plaine et, dans certains endroits, de plus de 3° C en altitude. Ces températures continuent d’augmenter provoquant plus d’évapotranspiration, aggravant encore l’assèchement des sols et accentuant encore l’intensité, la durée et la fréquence des sécheresses. De plus, la baisse de l’enneigement participe indéniablement à cette tendance.

Ces bouleversements diminuent drastiquement les ressources en eau au moment où les besoins sont les plus importants, notamment pour les agriculteurs, lors d’étés de plus en plus chauds. L’accélération du changement climatique accentue encore le retard infrastructurel de la Corse en matière d’ouvrages hydrauliques qui permettraient de disposer de ressources de substitutions plus importantes comme le préconise le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux 2022-2027.

La Corse possède pourtant des atouts importants à valoriser : un remarquable taux de milieux aquatiques en bon état écologique, chimique et quantitatif et une baisse des cumuls annuels de précipitations qui devrait rester peu marquée (entre 6,5 et 8 milliards de mètres cubes annuels) avec néanmoins de fortes disparités entre les territoires et une forte variabilité temporelle du climat par rapport à la situation connue jusque-là.

En s’appuyant sur ces atouts ainsi que sur l’analyse besoins-ressources à l’horizon 2050, une stratégie de résilience sous la forme d’un plan opérationnel accéléré 2022-2033 a été mis en place sur 10 ans par l’Office d’Equipement Hydraulique de Corse pour un investissement de plus de 230 M€.

La Cullettività di Corsica a ainsi déposé une demande et a été labellisée au dispositif EXPE-CT du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Une mission exploratoire au Maroc s’est ainsi tenue en février 2024, impliquant l’Office d’Équipement Hydraulique de Corse, le Conseil régional de Beni Mellal Khenifra et l’Agence du bassin hydraulique de l’Oum Er-Rbia.
Ces échanges ont principalement porté sur la gestion de la sécheresse et le partage d’information concernant le changement climatique.

Plus précisément, les thèmes de coopération finalement retenus sont :

  • Une gestion intégrée et optimale des ressources en eau (modèles de prévision, prise en compte du changement climatique, instrumentation des réseaux,  des points de comptage, hypervision avec intelligence artificielle) afin de réaliser des économies d’eau et de prioriser les interventions sur les réseaux hydrologiques,
  • Un partage d’information sur la gouvernance de l’eau au Maroc et plus précisément celle mise en œuvre par la Région de Beni-Mellal Khenifra avec en perspective celle que pourrait mettre en place la Corse dans le cadre du processus d’autonomie,
  • Des échanges techniques sur l’envasement des ouvrages de stockages : procédés déjà utilisés et résultats, procédés envisagés,
  • Le suivi de la qualité de l’eau (cyanobactéries) et traitements.

 

De grandes attentes sont placées dans la collaboration avec le Maroc pour la résolution de problématiques techniques telles que l’envasement des barrages, le partage d’information pour l’utilisation des matériels les plus adaptés pour une meilleure gestion de la ressource et le développement de nouveaux procédés intégrant l’intelligence artificielle au service des économies d’eau et d’une meilleure gestion de la ressource.

Contact de référence :

Claire-Cécile CARLOTTI, cheffe de service des relations internationales de la Direction en charge des Affaires européenne et point de contact régional du programme, claire-cecile.carlotti@isula.corsica