Approche stratégique européenne sur les semi-conducteurs

Partager cet article

Depuis 2020, la forte dépendance aux semi-conducteurs a été rendue évidente face aux pénuries qui ont causé des fermetures d’usines dans de nombreux secteurs. En effet, les puces électroniques ont un rôle essentiel dans le développement technologique, dans le domaine de la connectivité 5G/6G, des véhicules connectés, des supercalculateurs, de l’internet des objets ou de la défense et de l’espace. Bien que sa part de marché au mondial ne représente que 10 %, l’UE se distingue au niveau mondial dans certains domaines tels que la recherche et l’équipement de fabrication concernant les semi-conducteurs, les galettes de silicium ou l’utilisation de puces électroniques pour les équipements automobiles et industriels.

Afin de renforcer la compétitivité de l’UE et de développer une chaine d’approvisionnement résiliente, la Commission européenne a publié le 8 février dernier une série de propositions sur les semi-conducteurs. Près de 43 milliards d’€ issus d’investissements publics et privés devraient contribuer à la mise en œuvre de ces propositions pour prévenir et faire face aux déséquilibres à venir dans les chaînes d’approvisionnement. Ce paquet de mesures poursuit plusieurs objectifs en vue de permettre à l’UE de doubler sa part de marché sur les semi-conducteurs jusqu’à la porter à 20 % de la production mondiale en 2030 :

  • Développer la recherche et l’innovation en vue de permettre la production de puces plus petites et plus rapides ;
  • Renforcer l’innovation concernant la conception, la fabrication et la mise en boîtier de semi-conducteurs avancés ;
  • Lutter contre la pénurie de main d’œuvre qualifiée en favorisant la formation et la venue de nouveaux talents ;
  • Améliorer la connaissance des chaînes d’approvisionnement pour en améliorer la résilience.

Le paquet de mesures se compose de plusieurs éléments :

  • « Des semi-conducteurs pour l’Europe » est une initiative qui vise à mutualiser les ressources de l’UE, des États membres et des pays tiers associés au sein de l’entreprise commune « Technologies numériques clés » (KDT-JU). Dans ce cadre, 11 milliards d’€ seront destinés à la recherche, au développement, à l’innovation et au déploiement d’outils avancés en matière de semi-conducteurs ainsi qu’à des projets pilotes de prototypage et à des applications innovantes des puces électroniques en situation réelle. Cette enveloppe permettra également de soutenir la formation du personnel et de renforcer la connaissance autour des écosystèmes et des chaînes de valeurs des semi-conducteurs ;    
  • Un nouveau cadre pour renforcer l’écosystème européen permettant d’attirer des investissements, de renforcer les moyens de production, d’encourager l’innovation liée au développement de nœuds avancés d’une taille de 2 nanomètres et aux économies d’énergies. Un fonds spécifiquement dédié aux semi-conducteurs permettra aux start-up innovantes de bénéficier de soutien pour leurs collectes de fonds. Le programme InvestEU soutiendra également les PME et entreprises en expansion dans ce domaine.
  • Un mécanisme de coordination afin que les États membres et la Commission européenne puissent identifier les faiblesses et goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement, réaliser des évaluations communes sur les crises, évaluer l’offre et la demande en semi-conducteurs et prévoir les pénuries. Une nouvelle boîte à outils d’urgence sera par ailleurs mise à disposition des États membres. La Commission européenne a également publié une recommandation afin que les États membres entament dès à présent des mesures de coordination.

Le Parlement européen et le Conseil doivent examiner ces propositions et les adopter. La Commission européenne a également lancé une consultation des parties prenantes sur la demande de puces électroniques et de galettes.

Ça peut vous intéresser

Ressources naturelles et biodiversité

Qualité des eaux de baignade de l’UE

Le rapport annuel sur les eaux de baignade publié par l’Agence européenne pour l’environnement indique qu’en 2021, 85% des sites de baignades étaient considérés dans